Règle du jeu de Paskahousu

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Exoty.com
jeux-de-cartes.com

Présentation

On peu dire que le Paskahousu est un jeu venant d’un peuple ancien de la Finlande. Il consiste en un jeu de défis et de déclarations que se lancent les joueurs. Il s’agit alors avant tout d’un jeu de bluffs, au cours duquel les joueurs gagnants éventuels seront ceux qui détiennent un sens inné des cartes d’une part et surtout ceux qui sont de bons bluffeurs.

 Le jeu

Le jeu Paskahousu peut regrouper trois et plus de joueurs, bien que les parties à quatre ou à cinq soient les meilleures. Chacun des joueurs jouera pour son propre compte. Compte tenu du fait qu’il requiert beaucoup d’attention et d’habileté, ce jeu est préconisé à partir de 14 ans et plus.

Pour jouer au Paskahousu, on utilise un jeu de cartes standard composé de 52 cartes. Chacun des joueurs reçoit cinq cartes et le reste des cartes est placé, face cachée, sur une partie de la table et fait office de talon.

Dans le jeu de Paskahousu, il n’y a aucune hiérarchie à suivre pour les cartes.

 Le but de jeu

Ce jeu a pour but de bluffer ses adversaires, c’est-à-dire de les tromper à titre de stratégie. Le gagnant de la partie est celui qui est le dernier à détenir une ou plusieurs cartes à la fin de chaque manche.

 La distribution des cartes

Le premier à jouer est celui qui est placé à la gauche du donneur. Notons que pour déterminer le premier donneur, on fait appel au hasard des cartes. Généralement, chaque joueur coupe les cartes et celui qui détient la plus faible sans tenir compte de la couleur devient le donneur. Les autres joueurs se placent alors à sa gauche et à sa droite, en sachant que le jeu suit le sens des aiguilles d’une montre.

La donne se fait dans le sens du jeu, carte par carte. A la fin de la donne, chaque joueur aura en main 5 cartes. Comme annoncé plus tôt, le reste des cartes servira de talon.

 Le déroulement de la partie

Une fois les cartes distribuées, le voisin de gauche du donneur entame. Quand vient son tour, le joueur peut passer son tour, jouer une carte de sa main en la posant, face cachée, sur la table ou jouer la première carte du talon. Dans le second cas, le joueur prétendra que la carte qu’il posera, face cachée, devant lui serait un 3 (cela peut être aussi bien vrai que faux). Dans le troisième cas, le joueur prendra la carte du talon, sans la retourner et la jouera immédiatement. L’affirmation sera bien sûr la même que celle du second cas : prétendre qu’il s’agit d’un 3, peu importe la couleur.

Un cas qui peut arriver est celui où tous les joueurs passent leur tour. Dans ce cas, on reprend tout depuis le début. En revanche, on devra préciser à présent que la carte jouée (à poser toujours face cachée devant soi) est un 4, peu importe la couleur.

Lors des déclarations, chacun des joueurs jouera à son tour une carte, ou une séquence de cartes, à rejeter toujours en face cachée dans la pile de cartes déjà rejetées. Pour ce faire, il devra confirmer que le ou les rejet(s) détient (détiennent) les mêmes valeurs, ou sinon supérieures, que celles déjà annoncées précédemment. Bien sûr, l’affirmation peut être vraie ou fausse. Cependant, avant que le joueur suivant n’intervienne, l’affirmation précédente peut être remise en cause. Dans ce cas, les cartes en question seront à dévoiler.

Si l’on assiste à une déclaration vraie, le challenger sera alors obligé d’ajouter à sa main le total des cartes rejetées. Si ce n’est pas le cas, le joueur défié sera obligé de ramasser lesdites cartes. Néanmoins, pour le premier ou le second cas, le jeu revient systématiquement au joueur qui se place à la gauche du joueur défié.

Il existe dans le Paskahousu des règles de base qu’il faut savoir, lesquelles sont au nombre de cinq.

D’abord, il faut savoir qu’il est défendu de proclamer une figure autre que l’As (Valet, Dame, Roi) sauf si un 8 ou une carte plus forte ne soit déclarée lors des tours précédents.

Et puis, à noter qu’un As ne peut être annoncé que si la déclaration précédente correspondait à une des figures précédentes. Néanmoins, cela peut être aussi valable si le tas de rejets est épuisé.

En outre, un 2 ne peut pas être déclaré. D’ailleurs, rappelons que la première annonce possible correspondait à un 3 au minimum. En revanche, on est tenu de jouer un 2 après coup.

Ensuite, si l’un des joueurs annonce un 10 sans être défié, on supprime le tas des cartes rejetées et on en constitue un nouveau.

Enfin, il est possible pour un joueur de tirer la première carte du talon sans devoir la jouer. Dans ce cas, le joueur l’intègrera dans sa main au lieu de jouer une des cartes de sa main.

Pratiquement, nous avons les joueurs A, B, C et D. Au début de la partie, les trois derniers joueurs – B, C, D – ont tous passé leur tour. Si A n’a pas de 3 à jouer, c’est-à-dire la carte correspondant à un point de départ de la séquence, il a le choix entre soit passer son tour soit jouer l’une des cartes de sa main. Rappelons qu’il peut aussi jouer la première carte du talon sans la retourner. Il annoncera alors qu’il s’agirait d’un 3. Les autres joueurs sont alors tenus de le défier, ou s’ils n’osent pas, ne relèvent pas l’annonce de A.

 Fin de la partie

Le jeu se poursuit de la sorte jusqu’à ce qu’un seul des joueurs ait encore une carte. Le dernier à avoir encore une ou plusieurs cartes remporte la partie.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire