Règle du jeu de Stud Poker à cinq cartes

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Exoty.com
jeux-de-cartes.com

Le Stud Poker à cinq cartes est une autre variante bien connue du Poker. Il s’agit aussi de composer la plus forte main ou de parvenir à bluffer ses adversaires et à les convaincre qu’on en détient vraiment.

Présentation

Ce jeu de cartes est l’une des variantes les plus connues du Poker. Même les moins adeptes du Poker peuvent le connaître ou du moins en avoir entendu parler. Toutefois, le Stud Poker à cinq cartes présente quelques avantages qui lui sont propres, notamment celui de voir les jeux des adversaires car une partie des cartes sont distribuées, face visible. Ce qui fournit des renseignements utiles quant aux forces des mains des adversaires et la nature des cartes non encore distribuées.

Mais la partie de Stud Poker à cinq cartes se déroule comme toute partie classique de Poker, avec les mises et les relances au fur et à mesure de la donne des cartes. Et c’est justement cette relance bien typique du poker qui en fait sa principale attraction. Elle augmente l’intérêt du jeu en faisant miroiter aux joueurs des gains mirobolants. Elle leur fait prendre des risques en bluffant de temps en temps, en faisant croire à l’adversaire que l’on possède une main forte. Mais pour ce faire, il faut avoir une bonne dose d’expérience et avoir une bonne lisibilité des jeux des adversaires, et savoir choisir le moment opportun. Mais dans tous les cas, le risque reste omniprésent. La seule petite différence avec le Poker classique réside dans le fait que cette fois, quatre des cinq cartes attribuées au joueur sont à face visible. Seule une carte, la carte secrète, que seul son propriétaire peut voir la valeur, entretient le suspens pendant de la partie. Ce qui rend encore possible le bluff, bien que ce soit à moindre échelle car, en fait, 80% de la nature la main du joueur est déjà dévoilée sur la table, seule une carte sur cinq n’est plus connue. Et il est plus facile dans ce cas de deviner plus ou moins les chances d’un joueur de réussir une combinaison gagnante. Ce qui confère une meilleure assurance aux mises placées lors des divers stades du jeu et aide énormément le joueur à prendre une décision, celle de miser davantage ou de se retirer du jeu et abandonner le pot aux autres.

La discussion sur le classement du poker en tant que jeu d’adresse ou de hasard reste toujours d’actualité car si les lois le classent dans le jeu de hasard, ses adeptes affirment le contraire car ils estiment que pour bien jouer au Poker, il faut un bon apprentissage et une bonne dose d’expérience. Ce qui n’est pas le cas, par exemple, pour le jeu de Loto, pur classique jeu de hasard. Ainsi, dans plusieurs pays, dont la France, le jeu en ligne de Poker (et de ses variantes) avec gain en argent réel, est encore officiellement interdit.

Quoi qu’il en soit, le Stud Poker à cinq cartes peut très bien se jouer en famille avec des jetons et faire passer de bons moments de détente.

Le but du jeu

Il s’agit d’arriver à composer la plus forte main ou de parvenir à bluffer ses adversaires et à les convaincre qu’on en détient vraiment pour leur subtiliser le pot à l’instant de l’abattage des cartes. Le pot se garnit au fil de la partie et les joueurs s’affrontent à travers cinq cartes dont quatre à face visible.

La distribution

Le Stud Poker à cinq cartes se joue avec un jeu de 52 cartes classique, l’apport de Jokers n’est pas obligatoire. Il faut également des jetons pour les mises. Il se pratique avec un nombre de joueurs pouvant atteindre huit.

Le premier donneur est désigné au hasard. Mais comme on est au poker, on l’appelle le croupier. Chacun joueur coupe à tour de rôle le jeu de cartes et c’est celui qui tire la carte la plus faible qui devient le premier croupier. Le joueur situé à sa gauche assure le service au prochain tour, le mouvement du jeu suivant le sens des aiguilles d’une montre. Il distribue cinq cartes à chacun des joueurs, ce qui a donné le nom au jeu.

Le croupier mise le premier en mettant un nombre de jetons équivalent au nombre de joueurs présents autour de la table dans la cagnotte. Les joueurs reçoivent ensuite deux cartes, la première, face cachée, et la seconde, face visible. Celle dont la face n’a pas été dévoilée est appelée la carte secrète. Le joueur doit, autant que possible, le soustraire à la vue de ses adversaires car les futures cartes distribuées seront toutes découvertes, et il serait incommode pour le joueur de fournir des indices sur son jeu à ses adversaires.

Combinaisons reconnues

Les combinaisons types en Poker obéissent à une hiérarchie qui se définit comme suit, par ordre décroissant :

– Cinq cartes de hauteurs identiques. C’est possible quand on intègre des jokers dans le jeu, des cartes volantes ou lorsqu’on utilise plus d’un jeu de cartes. Par exemple : 9?-9?-9?-9?-9? (ou Joker).
– Quinte royale. C’est une quinte dont la plus forte valeur est l’As. Par exemple : A-?-R?-D?-V?-10?.
– Quinte. C’est une suite de cinq cartes portant la même couleur et des valeurs successives. Par exemple : R?-D?-V?-10?-9?. Néanmoins, cette main est moins forte que celle alignant A?-2?-3?-4?-5?, qui vient juste après la quinte royale, en force.
– Quarte. C’est une main comprenant quatre cartes de la même hauteur. Par exemple : 10?-10?-10?-10?.
– Main pleine. Elle est composée de trois cartes de la même valeur et deux autres cartes (paire) du même type. Par exemple : 3?-3?-3?-10?-10?. quand 2 joueurs présentent la même sorte de main, celui qui a la + forte dans les séries à trois cartes qui gagne.
– Flush. Il s’agit tout simplement d’un ensemble de cinq cartes non ordonnées se présentant dans une même couleur. Par exemple : V?-10?-9?-D?-5?. Si deux joueurs possèdent ce même type de main, celui qui a la plus forte hauteur emporte la partie.
– Séquence. C’est une suite de cinq cartes avec des valeurs qui se suivent sans pour autant être d’une seule même couleur. Par exemple : 2?-3?-4?- 5?-6?. En cas d’égalité de mains entre deux joueurs, c’est celui qui aligne la plus forte carte dans sa séquence qui l’emporte.
– Brelan. Il est formé de trois cartes portant la même valeur. Par exemple : D?-D?-D?.
– Deux paires. Dans les cinq cartes de la main, quatre sont réparties par paire (deux cartes de la même valeur). Par exemple : 10?-10?- 4?- 4?.
– Paire. Elle comprend deux cartes de valeurs identiques. Par exemple : R?- R?. Entre deux mains en compétition, celle qui porte la plus grande valeur gagne.
– Hauteur. Toutes les cartes n’ont aucune des spécificités mentionnées ci-dessus, la seule valeur de la main repose sur la carte qui porte la plus forte valeur. Par exemple : 2?-7?-10?-D?-6?. C’est la D? qui endosse la valeur de la main.

Les mises

Le croupier distribue des jetons à chacun des joueurs. Pour les mises, la contribution initiale du joueur au pot peut être d’un ou de plusieurs jetons. La première mise vise surtout à rendre l’enjeu plus intéressant.

Quand un joueur décide d’enchérir, il déplace une quantité définie de jetons vers le centre de la table. Là, les jetons s’amassent avec ceux qui y sont déjà placés. Cependant, le croupier doit bien identifier les parts de jetons que chaque joueur a avancés afin de déterminer exactement ce qu’il a misé à un tel ou tel tournant du jeu. Et lorsqu’une mise est engagée, il ne sera plus possible de la faire revenir en arrière et d’annuler donc l’action.

D’autre part, le joueur peut avancer une mise soit avant que le pot ne soit mis en jeu, soit avant qu’un joueur n’engage les paris. Cependant, les modalités relatives à la première mise sont souvent fonction des règles que les joueurs se sont dits d’adopter. Un exemple, le droit d’engager d’une première mise tient compte d’une combinaison plancher, et aux montants de la somme minimale et de la somme maximale versées pour cette première mise. Toujours est-il que le premier joueur qui assure la mise d’ouverture, peut suivre en avançant un nombre de jetons similaire et même en doublant ou même plus la mise initiale. Idem pour les autres joueurs de la table.

Pour relancer une précédente mise, il faut au moins débourser deux fois plus, une fois pour poursuivre la mise et une seconde fois pour surenchérir cette nouvelle mise avec un montant au moins égale à la première. Ainsi, si un joueur envisage de relancer une mise initiale de 20 jetons, il doit avancer 40 jetons.

Mais le joueur peut aussi ne pas prendre part aux enchères et laisser passer son tour pour remettre à plus tard ses relances. Dans ce cas, il dépose ses cartes, face cachée, sur la table et laisser les autres jouer. Toutefois, il peut ne pas se défaire de son jeu et demeurer en lice dans les prochains tours, à condition qu’aucune mise volontaire (ou même obligatoire) n’ait été vue dans la ronde en cours.

Si au tour suivant, un adversaire se décide de miser, le joueur qui a choisi de passer précédemment ne peut plus passer, mais il doit soit miser, soit relancer ou déposer ses cartes et s’écarter du jeu.

Fin des mises

Les mises s’achèvent quand plus aucun joueur ne se décide à relever les enchères, ou toutes les mises déposées possèdent la même valeur. Dans ce cas, la partie continue, sauf si un joueur dévoile sa main et le pot revient à celui qui détient la meilleure main selon l’ordre établi plus haut. D’autre part, si tous les joueurs s’abstiennent d’enchérir, le dernier enchérisseur gagne sans qu’il ne soit obilgé de montrer ses cartes.

Le déroulement du jeu

Chaque joueur examine sa carte secrète, puis la pose sur la face cachée. Il met ensuite dessus l’autre carte, face visible, de façon à couvrir une moitié de la première carte. C’est le joueur qui détient la « porte », c’est-à-dire la carte qui a le plus haut rang parmi toutes les cartes découvertes, qui procède à la mise d’ouverture. Dans le cas où deux joueurs possèderaient des cartes fortes à hauteurs identiques, c’est celui qui est placé le plus près de la gauche du donneur qui fait la mise d’ouverture.

La partie se poursuit par les séances des mises qui se terminent quand celles-ci ont été toutes égalées. Le croupier distribue ensuite les trois dernières cartes, une par une, face visible. Ce qui en fait une carte à face cachée (la carte secrète) et quatre cartes à face visible. Après la réception d’une carte à face visible, le joueur qui bénéficie de la plus forte combinaison entreprend une ronde de mise supplémentaire. Si aucun joueur ne détient une combinaison forte, le joueur qui possède la plus forte hauteur assume la tâche. Le croupier annonce ensuite les cartes qui ont engagé les mises. Par exemple, il déclarera « le premier As engage les mises » ou « la paire de Rois engage les mises ». À la suite de la distribution de la troisième et de la quatrième carte à face visible, le croupier doit préciser celui qui, parmi les joueurs encore en lice, pourrait éventuellement aligner une séquence ou un flush.

D’autre part, s’il apparaît que des joueurs présentent des combinaisons égales, alors le rôle de lancer les mises revient au joueur placé le plus près à gauche du croupier.

Fin de la partie

Lorsque la dernière ronde de mises s’achève, les joueurs qui sont encore sur le parcours sont en possession de cinq cartes dont une à face cachée et quatre à face visible. L’étape suivante du jeu consiste à l’abattage des cartes pendant lequel tous les joueurs dévoilent alors leur carte secrète et on compare alors les mains. Le détenteur de la meilleure main remporte la partie et empoche les mises. Et la partie est terminée. Cependant, celle-ci peut s’achever d’une autre manière. En effet, lorsque tous les joueurs se sont retirés du circuit pour manque de potentiel dans leur main et qu’il ne subsiste qu’un seul joueur, alors celui-ci gagne d’office la partie et empoche le pot.

Enfin, le Stud Poker cinq cartes se joue à partir de 14 ans.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire