Règle du jeu de Quadrille

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Gameduell
jeux-de-cartes.com

Le jeu quadrille consiste à essayer d’emporter un minimum de six levées après avoir choisi les atouts du jeu, en solo ou avec les concours des autres joueurs de la table.

Présentation

Ce jeu de cartes dérive du célèbre jeu d’Hombre mais dans une adaptation faisant jouer quatre participants. Le Quadrille est arrivé même à faire de « l’ombre » à l’Hombre mais il fut ensuite vite détrôné par le Whist en équipe. Le jeu requiert un minimum de 160 jetons qui se déclinent en quatre couleurs.

Certains auteurs prétendent que le Quadrille a été déjà connu depuis l’an 1777, mais personne n’avait pris la peine de le mentionner dans un quelconque recueil. Est-ce par manque d’intérêt ou par simple oubli, toujours est-il que le Quadrille a survécu et se porte même bien.

De prime abord, en parcourant les ouvrages qui traitent les règles du jeu, celles de Quadrille paraissent déroutantes. En effet, on n’arrive vraiment pas à comprendre, par exemple, pourquoi choisir le Deux et le Sept comme cartes dotées de propriétés particulières d’atout, le premier pour les couleurs noires et le second pour les couleurs rouges ?

Le Quadrille appartient à la famille des jeux solitaires où à l’issue d’annonces et d’enchères, un joueur se met en évidence et tente de mener seul le jeu contre les autres joueurs. Dans certains cas, comme celui pour le Quadrille, lorsque qu’un joueur estime que la tâche s’avère ardue, il sollicite l’aide d’un autre. Cette alliance reste toutefois passagère et dure le temps d’une donne. Chaque donne pourrait apporter son lot d’associations entre les joueurs. Et dans ces cas-là, les joueurs partagent les gains mais également les pertes aussi. Mais quand c’est le soliste qui mène le jeu, les autres s’évertuent à l’empêcher à réaliser son contrat mais s’il réussit, le contrat peut rapporter gros.

Comme le Quadrille n’est qu’une extension d’Hombre à quatre joueurs au lieu de trois, il garde globalement tous les types d’annonces relatifs à ce jeu. Cependant, une petite différence apparaît au niveau de la répartition des cartes, le nombre de cartes dans le jeu ayant été fixé de façon à ce qu’il ne reste aucune carte, normalement réservée au talon, après la distribution.

L’objectif principal du jeu est de tenir un engagement de remporter une partie ou l’ensemble des levées d’une donne. Aussi, le nombre de levées importe énormément car il concrétise la réussite ou non du contrat. Il n’y a guère donc de points à compter. Néanmoins, certaines cartes présentes dans une main apportent des jetons supplémentaires au détenteur de la levée. En outre, la hiérarchie des cartes est quelque peu bouleversée par rapport à la hiérarchie standard, habituellement adoptée.

Le but du jeu

Il s’agit d’arriver à emporter un minimum de six levées après avoir choisi les atouts du jeu, en solo ou avec les concours des autres joueurs de la table. Pour cela, le joueur peut capturer une levée soit en jouant la plus forte carte dans la couleur demandée, soit en usant de son atout. En tentant de jouer en solo, le joueur peut espérer améliorer ses gains, mais il attirera en même temps la foudre de ses d’adversaires.

La distribution

Le Quadrille se joue avec un jeu de 40 cartes, extraites d’un jeu classique de 52 d’où l’on a extrait les Huit, les Neuf et les Dix. On a également besoin de 160 jetons qui doivent se présenter dans quatre couleurs différentes. Le Quadrille se pratique avec quatre joueurs, un de plus que dans l’Hombre, lesquels jouent en principe individuellement mais qui peuvent nouer des alliances ponctuelles.

Le premier joueur est désigné au hasard, il bat les cartes et distribue 10 cartes à chacun de joueurs en trois tours, par lot de quatre cartes suivi de deux lots de trois cartes. Il n’y a pas de talon.

Les annonces

Le classement des cartes n’est pas fixe. Selon qu’elles appartiennent à telle ou telle famille ou qu’elles fassent partie des cartes ordinaires ou d’atout, les cartes portent différentes valeurs. Les trois atouts les plus forts sont appelés « matadors ». Ce sont :

– la spadille : l’A?, il est le plus fort ;
– la manille : le 2? et 2? si l’atout est de couleur noire et 7? et le 7?, si l’atout est de couleur rouge ;
– le baste : l’A?.

Mais quelle que soit la couleur de l’atout désigné, l’A? et l’A? restent toujours des atouts actifs. Ainsi, quelle que soit la couleur atout sur lequel le choix du déclarant s’est fixé, selon les cas, il y aura toujours en supplément les matadors.Quant aux annonces, chaque joueur est libre, lors de son tour, de faire une annonce ou de laisser son tour. Mais, il peut également surenchérir, c’est-à-dire faire une annonce qui couvre celle précédemment émise en suggérant une annonce plus forte. Dans la version la plus simple du Quadrille, avant que ne se déroulent les annonces, les joueurs essaient de nouer des alliances entre eux pour réaliser telle ou telle annonce dans le but d’atteindre l’objectif d’emporter six levées. Pour cela, l’invitation concerne un joueur qui détient un Roi particulier. Néanmoins, le contrat peut aussi se concrétiser en solitaire, auquel cas toute forme d’alliance n’est plus en vigueur.

Si le joueur a choisi d’évoluer en solo, il s’engage à ramasser au moins six levées en affrontant tout seul les trois autres joueurs. Mais il peut également tenter la vole (un chelem) en essayant de ramasser l’ensemble des 10 levées qui représentent le nombre de cartes de la main d’un joueur.

Hiérarchie des cartes

Compte tenu des places particulières qu’occupent certaines cartes à cause de leur appartenance aux matadors, en Quadrille, elles se classent ainsi, par ordre décroissant et selon les couleurs d’atout qui régissent la donne :

? ou ?
? ou ?
Spadille : A?
Spadille : A?
Manille : 7? ou 7?
Manille : 2? ou 2?
Baste : A?
Baste : A?
A? ou A?
Le Roi
Le Roi
La Dame
La Dame
Le Valet
Le Valet
Le Deux
Le Sept
Le Trois
Le Six
Le Quatre
Le Cinq
Le Cinq
Le Quatre
Le Six
Le Trois

On notera que quelle que soit la couleur d’atout, l’A? et l’A? restent toujours atout, avec l’A? le plus fort, et caracolent en tête du classement avec les autres matadors. Et ce tableau apporte peut-être une première explication du choix particulier des Deux et des Sept. Les premiers constituent la plus faible valeur des cartes numérotées. Les seconds représentent la plus forte valeur des cartes numérotées, les Huit, les Neufs et les Dix étant exclus du jeu.

Le Déroulement du jeu

C’est le joueur placé à gauche du donneur qui démarre la partie en jouant une première carte. Les autres suivent ensuite en fournissant une carte dans la même couleur, autant que possible. Au cas où aucune des couleurs de leurs cartes ne correspondrait à la couleur demandée, ils peuvent se défaire d’une carte quelconque qui leur convient. Cependant, un joueur qui possède un matador (un des atouts les plus forts), n’est pas tenu de s’en servir comme atout, sauf si sa valeur est moins forte que la précédente carte jouée.

Comptage des points

Le joueur qui a opté de jouer en solitaire, le soliste, empoche la cagnotte s’il réussit son coup, c’est-à-dire honorer le contrat auquel il s’est engagé. Il ajoute également à ses gains des jetons supplémentaires décaissés par chacun de ses adversaires, à savoir :

– quatre jetons pour un solo ;
– un jeton s’il a en main trois matadors ;
– deux jetons pour un double matador ;
– un jeton pour les premiers, s’il a pu ramasser les six premières levées consécutives ;
– deux jetons si c’est un chelem.

En revanche, s’il échoue et n’a pas pu respecter son engagement, alors le soliste verse le même nombre de jetons à chacun de ses adversaires. L’équipe perdante partage ses pertes suivant le nombre de levées que chacun des membres s’est fait pendant la donne. Au cas où le déclarant n’aurait pu faire qu’une ou deux levées, il doit payer la perte intégralement. Si le joueur n’a pas agi en solitaire mais a eu recours à un partenaire, on applique le même principe de répartition des points.D’autre part, si le déclarant a pu réaliser cinq levées, il effectue une remise. Cela consiste à doubler la mise et en verser à ses adversaires qui alignent des matadors dans leur main. Si le déclarant a pu capturer une, deux ou trois levées, alors il fait codille. Cela consiste pour l’équipe adverse à se partager la mise.

Fin de la partie

Si le déclarant s’est accaparé des premiers (les six premières levées consécutives), il emporte la partie et celle-ci s’achève. Sinon, le déclarant se propose d’entamer une septième levée, laquelle correspond forcément à un contrat de chelem (la vole) et auquel cas chaque joueur est tenu de verser trois jetons supplémentaires dans une seconde cagnotte. Mais si le déclarant échoue dans cette suite d’engagement alors la seconde cagnotte va à ses adversaires tandis qu’il se contentera de la première cagnotte pour avoir ramassé les premiers et gagné la partie.

Enfin, la quadrille se joue à partir de 14 ans.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire