Règle du jeu de Président

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Gameduell

Ce jeu de cartes d’origine chinoise est un jeu où il sera question de parvenir le premier à jouer toutes ses cartes en main ou faire 11 points et revêtir le titre de grand gagnant.

Présentation

Ce jeu de cartes est certainement d’origine chinoise. Néanmoins, il se décline en plusieurs variantes et revêt même plusieurs noms. Leur objectif reste toutefois identique : devenir Président. Pour cela, le joueur doit parvenir à se défaire le premier de toutes ses cartes. Le moins chanceux est coiffé du nom d’âne. Mais le fait d’être élevé au titre de président entraîne également l’attribution d’un fauteuil réservé. D’autres qualités sont, en outre, attribuées telles que vice-président et autres, et les sièges sont placés en conséquence et répartis de part et d’autre de celui du président.

D’autre part, le Président est un jeu qui ne tient pas compte de la nature des cartes jouées.

Le Président est un jeu assez amusant surtout à cause des nominations particulières qu’acquiert un joueur suite à des évènements spécifiques. Ainsi, un joueur peut devenir président pendant une partie et être l’âne pendant la partie suivante. L’âne doit donner au président sa meilleure carte et le président se défausse de sa plus mauvaise vers l’âne.

De joueur en joueur, les cartes jouées sur la table doivent suivre un ordre croissant même dans les séries de cartes de même valeur (car il est possible de jouer en une seule fois ce type de série). Autrement dit, la carte jouée doit être plus forte que la précédente. Et c’est la règle la plus importante du jeu, mise à part la hiérarchie qui est propre au jeu de Président. Il n’est point besoin de mémoriser les cartes déjà jouées ou de trouver une stratégie élaborée pour devenir président. Une bonne pratique et un peu de chance suffiront largement à parvenir au poste de président.

Par ailleurs, le Président est un jeu individuel et n’intègre aucune notion d’équipe même si le nombre de joueurs est pair. Il fait partie de la catégorie des jeux de défausse.

Le but du jeu

Il s’agit de parvenir le premier à jouer toutes ses cartes en main ou faire 11 points et revêtir le titre de grand gagnant. Pour cela, chaque joueur peut se défaire d’un coup d’une ou de plusieurs cartes (de la même hauteur). Les points sont acquis en fonction des titres honorifiques obtenus par chaque joueur pendant les différentes parties.

La distribution

Le Président se pratique avec un jeu de 52 cartes complété éventuellement par deux Jokers selon les variantes adoptées. Il se pratique avec un nombre de joueurs variant de quatre à sept.

Le donneur distribue les cartes une par une à tous les joueurs. Le sens du jeu suit le mouvement des aiguilles d’une montre.

Dans le cas où quatre joueurs s’affronteraient, deux joueurs reçoivent 13 cartes et les deux autres, 14. Cette différence n’aura pas trop d’influence sur le cours du jeu. Toutefois, on s’efforcera, d’une manière générale, de partager à chaque joueur un même nombre de cartes et éventuellement de mettre à côté les cartes restantes. Car une différence trop importante entre le nombre des cartes en main des joueurs peut influer sur le fonctionnement équitable du jeu.

Hiérarchie des cartes

Pendant un jeu de Président, les cartes obéissent à un ordre assez particulier où le Deux occupe la plus haute marche, puis l’As, le Roi, la Dame, le Valet, le Dix et ainsi de suite par numéro décroissant jusqu’au Trois. Cependant, quand le Joker est présent dans le jeu, il devance le Deux et prend la tête du classement. À ce titre, aucune carte ne lui résistera et il peut surpasser n’importe quelle autre, sauf un autre Joker naturellement. Quand un joueur joue un Joker, son adversaire n’a de choix que de jouer un autre joker.

Le déroulement du jeu

C’est le joueur placé à gauche du donneur qui démarre le jeu. Dans d’autres cas, c’est celui qui dispose du 3?. Il joue alors une carte unique ou une série de cartes portant une même valeur, par exemple, D?, D? et D?. Les autres joueurs suivent ensuite en présentant un nombre de cartes égal à celui joué par le premier joueur. Ainsi, si ce dernier a déposé une carte, les autres doivent en faire autant mais en valeur supérieure. Mais un joueur peut également décider de passer son tour s’il n’a pas envie de jouer, même s’il le peut. Cette décision ne l’empêchera pas de participer aux prochains tours.

Ainsi, si c’est trois cartes qui ont été jouées, les autres doivent alors fournir également une série de trois cartes encore plus forte, par exemple, 2?, 2? et 2?. Et le jeu continue ainsi jusqu’à ce que tous les autres se retrouvent bloqués, ne pouvant plus jouer aucune carte valide. Le joueur qui s’est exécuté en dernier pendant la partie n’est pas autorisé à rejouer. Il doit renverser toutes les cartes, face cachée, qui ont servi au jeu et c’est lui qui entame la prochaine partie. Dans le cas où il aurait épuisé toutes se cartes, c’est le joueur suivant, dans le sens du jeu, et qui détient encore des cartes en main, qui va officier. La partie s’achève lorsque tous les joueurs ont les mains vides sauf un seul.

Les cartes jouées sont rassemblées et à placer de côté, elles ne serviront pas dans le décompte des points.

Vient ensuite la phase de nomination. Celui qui a fini toutes ses cartes en premier devient le président. Le deuxième est nommé vice-président et le titre descend au fur et mesure jusqu’à l’âne, le dernier joueur qui n’a pas encore réussi à larguer toutes ses cartes. À ce stade du jeu, le président s’assied sur le siège le plus confortable, le vice-président et la suite prend les moins bonnes par confort décroissant jusqu’à l’âne, à qui on réserve donc le siège le plus incommodant. Celui-ci est placé à droite du président, tandis que le vice-président se retrouve à sa gauche.

À l’issue de cette donne, l’âne assurera désormais le service de la distribution des cartes. Au président revient l’honneur de recevoir la première carte. Une fois que l’âne a servi tous les joueurs, il échange une carte avec le président. Ce dernier remet à l’âne la carte qui lui est la plus inutile, tandis que l’âne lui offre sa meilleure carte. C’est le président qui démarrera alors la partie suivante.

Comptage des points

L’acquisition du statut de président rapporte deux points au joueur. Le poste de vice-président ne génère qu’un point. Ainsi, tous les autres n’auront rien.

Fin de la partie

Le jeu s’arrête quand, au bout de plusieurs parties, le cumul des points d’un joueur atteint 11. Il devient alors le grand gagnant.

Enfin, le Président se joue à partir de 14 ans.

Les variantes

On retiendra surtout pour ces variantes les variétés de noms attribués aux différents acteurs du jeu, des appellations tout aussi bien significatives que fantaisistes. Ainsi, si l’on reste un peu en Europe, on se plaît bien à les appeler le roi, l’aristocrate, le pauvre et le mendiant. L’équivalent dans la société moderne s’énonce à peu près comme ceci : le patron, le contremaître, l’ouvrier et le clochard.

Néanmoins, quelle que soit la version, le but principal est d’arriver à se débarrasser de toutes ses cartes avant que les autres n’y parviennent.

Dans la variante qui suit, le président reste le président mais le vice-président devient le premier ministre. Puis vient ensuite, dans un rang plus inférieur, l’ouvrier et le dernier qui n’a pas pu se défaire de toutes ses cartes est le clochard. L’attribution des points est légèrement différente car :

- le titre de président rapporte quatre points à la marque du joueur ;
– le titre de premier ministre rajoute 3 points à la marque du joueur ;
– le titre d ouvrier augmente le score du joueur de deux points ;
– le clochard a encore droit à un point.

Comme cela est d’usage, les points s’accumulent au fil des donnes et quand un nombre défini est atteint (par exemple 30), alors le jeu s’arrête.Par ailleurs, l’échange de cartes entre le clochard et le président existe également mais fois-ci, ce sont deux cartes qui sont échangées mais tout en gardant l’esprit de l’échange, c’est-à-dire les meilleures provenant du clochard et le contraire issu du président. En outre, le premier ministre doit aussi procéder à un échange de cartes avec l’ouvrier, les plus fortes émanant de ce dernier et les moins fortes provenant du premier ministre.

Là aussi, il n’y a pas d’échanges de cartes entre les concernés pendant la première donne parce qu’à ce moment-là, aucune nomination n’a encore été faite.

Dans toutes les variantes, les échanges entre deux joueurs se font sans que les autres joueurs n’en perçoivent la nature.

Enfin, le Président connaît également d’autres appellations moins élégantes, pour ne pas dire grossières, qu’il est tout même utile de connaître, ne serait-ce que dans les recherches de documentation. Ainsi, on trouvera fréquemment l’appellation de « trou du cul », TDC ou Grand Clodo pour désigner le jeu.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire