Règle du jeu de Petits paquets

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Gameduell

Ce jeu de cartes fait partie des purs jeux de hasard. Le jeu est d’une simplicité presque naïve puisqu’il ne requiert aucune stratégie pour gagner des mises. Les règles sont simples car il n’y en a presque pas.

Présentation

Ce jeu de cartes fait partie des purs jeux de hasard. Son origine semble peu connue et il ne connaît pas d’appellation étrangère. Ce qui laisse supposer que c’est probablement un jeu français bien connu dans certaines régions.

Le Petits paquets est un jeu qui oppose le banquier aux pontes. Et il peut exister autant de pontes que l’on veut pourvu que leur nombre ne dépasse pas cinq joueurs.

En réalité, le nom de Petits paquets vient du fait qu’en début de partie, chaque joueur dispose d’un petit paquet de cartes que le banquier dépose devant lui, faces cachées d’abord. Ensuite, chaque joueur dévoile une par une leur carte et suivant un classement prédéfini, les pontes ou le banquier gagnent les mises. Mais comme dans tous les cas où un banquier officie, celui-ci bénéficie toujours d’un privilège supérieur aux autres joueurs. Ici, par exemple, s’il découvre un As, il n’y a plus rien à dire, ni à faire, il rafle toutes les mises des pontes, même si un autre joueur en montre également un. Dans tous les cas d’égalité, il gagne toujours. Et si un joueur ne peut gagner que le montant de sa mise, le banquier, lui, peut d’un seul coup s’accaparer de toutes les mises sur la table. C’est pourquoi, afin de faire bénéficier à chaque joueur les bonus du banquier, la donne change de main après chaque manche.

Le Petits paquets n’est donc pas un jeu de levées et il n’y a pas de combinaisons à réaliser. Il suffit d’attendre son petit paquet, de le retourner et de confronter les cartes qui apparaissent avec celles du banquier. Les résultats de cette comparaison se traduisent par des mouvements de mises entre le banquier et les pontes.

Le jeu est d’une simplicité presque naïve puisqu’il ne requiert aucune stratégie pour gagner des mises. Les règles sont simples car il n’y en a presque pas. Il n’y a pas de points à compter, il n’y a que des jetons à additionner. Ce qui en fait un jeu bien divertissant surtout pour ceux qui aiment jouer avec la chance et appréhendent les grands exercices intellectuels comme ceux requis, par exemple, dans un jeu de Poker ou un jeu de Bridge.

Le but du jeu

Il s’agit pour le joueur de parvenir à battre la carte du banquier et doubler ainsi sa mise. Pour cela, chaque joueur dispose d’un petit paquet de cartes qu’il dévoile tour à tour et compare à celle du banquier. À chaque fois qu’il arrive à battre le banquier, il multiplie sa mise. Mais si le banquier aligne une carte plus forte, il prend la mise du joueur.

La distribution

Le Petits paquets se joue avec un jeu de 32 cartes issues d’un jeu standard de 52 cartes dans lequel l’on a enlevé les Six, Cinq, Quatre, Trois et Deux. Toutefois, pour un nombre de joueurs plus élevé, on peut prendre un jeu complet de 52 cartes, sans toutefois les Jokers. Il faut également des jetons qui vont servir de mises aux joueurs. La valeur en argent de ces jetons fait l’objet d’un accord entre les joueurs s’ils souhaitent changer les jetons en argent en fin de jeu.

Le premier banquier est tiré au sort par un procédé convenu entre les joueurs. Il bat bien les cartes et donne à son voisin de gauche pour que celui-ci coupe le jeu. Il distribue alors à chacun des joueurs un petit paquet comportant cinq ou six (selon la variante adoptée) cartes, qu’il dépose, faces cachées devant chaque ponte. Il commence par la ponte située à sa droite et termine par lui-même. Le jeu suit donc le sens contraire du mouvement des aiguilles d’une montre. Lorsque tous les pontes ont obtenu leur paquet, on entre dans la phase des mises. Chaque joueur dépose alors leur mise respective sur leur petit paquet de cartes.

La hiérarchie des cartes

Dans un jeu de Petits paquets, les cartes suivent le classement standard suivant, par ordre décroissant : As, Roi, Dame, Valet, Dix, Neuf, Huit et Sept (pour un jeu de 32 cartes), suivis de Six, Cinq, Quatre, Trois et Deux (pour un jeu de 52 cartes). Cette hiérarchie établie servira notamment au banquier et aux pontes à déterminer qui va remporter les mises. Il est à noter qu’il n’y a aucune distinction de couleur, toutefois en cas d’égalité de valeur, c’est le banquier qui l’emporte.

Le déroulement du jeu

Le banquier retourne en premier son paquet dévoilant ainsi la carte qui était la plus en-dessous du paquet, celle qui était en contact avec la table. Tous les autres joueurs s’exécutent également ainsi de la même façon.

Si la carte retournée sur la pile appartenant au banquier est un As, sans distinction de couleur, alors il peut ramasser toutes les mises placées sur les paquets de chaque joueur, et ce, même si d’autres joueurs ont découvert des As. Mais, si la carte découverte du banquier n’est pas un As, alors il doit payer les mises de ceux qui ont des cartes plus fortes que lui et les joueurs qui ont obtenu des cartes plus faible que lui doit lui verser sa mise.

Quand les premières cartes sont jouées, on les dépose à côté du paquet et on s’occupe de la carte suivante du paquet. Même séance de mises et même opération de comparaison des valeurs de cartes et ce jusqu’à ce que les petits paquets devant chaque joueur soient épuisés. Dans ce cas, le rôle du banquier passe au joueur suivant, le premier placé à droite de l’ancien banquier, qui bat également les cartes et les donne à couper.

Comptage des points

Pour le Petits paquets, il n’y a pas de points à compter car pour gagner, il suffit de posséder la plus forte carte selon le classement reconnu.

Fin de la partie

Le jeu s’arrête lorsque tous les joueurs ont épuisé leurs jetons sauf un seul qui sera le grand gagnant de la partie.

Enfin, le Petits paquets se joue à partir de sept ans.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire