Règle du jeu de Motz

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Gameduell
jeux-de-cartes.com

Le Motz se joue individuellement même si le nombre de joueurs peut arriver à six. C’est un jeu de levées typique où les joueurs se font des plis avec les valeurs de leur carte ou avec les atouts du jeu.

Présentation

Ce jeu de cartes fait partie des anciens jeux qui amusaient surtout les provinces françaises. Il connut ses années de gloire au XVIIIe siècle. Toutefois, son origine semble peu connue. De par sa similitude à certains jeux très populaires, en l’occurrence la Belote qui est devenue le jeu de carte national des français, on peut émettre une origine plus ou moins française. Elle fait partie des jeux dits jeux de Valets où le Valet d’atout s’attribue le pouvoir de la plus forte carte du jeu. Mais ce pouvoir s’étend également aux cartes de la même couleur de l’atout.

Le jeu

Le Motz se joue individuellement même si le nombre de joueurs peut arriver à six. C’est un jeu de levées typique où les joueurs se font des plis avec les valeurs de leur carte ou avec les atouts du jeu. Une main est de très courte durée puisqu’on ne joue que trois cartes. L’objectif n’est pas de cumuler des points avec les valeurs des levées mais plutôt de réaliser le maximum de levées. Il n’y a pas d’annonces, ni d’enchères car l’atout est déterminé d’une manière systématique au moment de la donne. Toutefois, les cartes les plus fortes restent les mêmes et elles sont bien définies. Ce sont naturellement celles d’atout, suivi de celles de la même couleur que l’atout. Et c’est là que réside une des particularités du jeu de Motz. L’atout change et est redéfini à chaque nouvelle donne.

Les règles sont simples et faciles à retenir car principalement elles reposent sur la hiérarchie des cartes et le mode d’attribution des gains. C’est un jeu de mises, sans qu’il y ait toutefois d’enchères et il n’y a pas d’annonces ni d’engagements à réaliser un tel ou tel nombre de levées. Dès que l’atout est défini après la donne, les joueurs peuvent commencer à jouer dès lors qu’ils ont renfloué la corbeille à mise. Le Motz ne requiert pas une stratégie de jeu très élaborée car la victoire dépend essentiellement des cartes attribuées au joueur dont la nature est choisie par le hasard. Aussi, le Motz est-il d’abord et avant tout un jeu de hasard.

Le but du jeu

Il s’agit pour le joueur de parvenir à faire des levées. L’idéal c’est d’arriver à les prendre toutes ce qui permet d’emporter la cagnotte qui est constituée de l’ensemble des mises des joueurs. Pour cela, les joueurs s’affrontent à travers les valeurs de cartes et ils peuvent éventuellement se servir d’un atout. Plus il ramasse des levées, plus ses gains seront élevés. Et quand aucun joueur n’a emporté la bête, son contenu pour la manche suivante est doublée et il se multiplie ainsi de donnes en donnes au point qu’à un certains moments la cagnotte peut atteindre un montant assez élevé. Et les joueurs tiennent compte de cette possibilité pour essayer de gagner le maximum de jetons.

La distribution

Le Motz se joue avec un jeu de 32 cartes extraites d’un jeu standard de 52 où l’on a enlevé les Six, les Cinq, les Quatre, les Trois, les Deux. Il faut également des jetons qui vont servir de mise. Il se pratique avec trois, quatre, cinq ou six joueurs. Mais dans tous les cas, les joueurs évoluent seuls et ne s’associent pas en équipes.

Avant de commencer une partie tous les joueurs s’acquittent d’une mise convenue au préalable dans une corbeille prévue pour et placée au centre de la table. La totalité de la mise est appelée parfois le pot, la cagnotte, ici elle est désignée par la bête.

Le premier donneur est choisi au hasard des cartes, par exemple, en invitant chaque joueur à tirer une carte du jeu et c’est celui qui obtient la plus faible carte qui devient le premier donneur. Il distribue ensuite, à chacun des joueurs, trois cartes, une par une. Après, il dépose encore trois cartes sur la table, faces cachées. Il découvre ensuite la carte suivante, celle-ci servira à définir l’atout. Les cartes restantes vont constituer le talon, toutes les cartes étant à faces cachées.

Chaque joueur assure les services de la donne à tour de rôle.

La hiérarchie des cartes

Dans un jeu de Motz, les cartes suivent le classement suivant, par ordre décroissant :

– Valet d’atout ;
– Valet de la même couleur que l’atout ;
– As de la couleur d’atout ;
– Roi de la couleur d’atout ;
– Dame de la couleur d’atout ;
– As de la même couleur que l’atout ;
– Roi de la même couleur que l’atout ;
– Dame de la même couleur que l’atout ;
– Pour les autres couleurs, ce sera : As, Roi, Dame, Dix, Neuf, Huit et Sept.

Par exemple, supposons que la retourne soit le 9?. La hiérarchie pour cette main sera, par ordre décroissant : V?, V?, A?, R?, D?, A?, R?, D?. Pour les couleurs ? et ? et les autres cartes en ? et en ?, ce sera As, Roi, Dame, Dix, Neuf, Huit et Sept. C’est cette hiérarchie un peu différente qui complique un peu le jeu de Motz car il faut s’en rappeler à chaque fois qu’on change d’atout.

En fait, ce classement des cartes retenu pour le jeu de Motz n’est pas tout à fait semblable aux autres jeux d’atout classique qui préfèrent plutôt le Valet-Neuf-As-Dix-Roi-Dame-Huit-Sept et le As-Dix-Roi-Dame-Valet-Neuf-Huit-Sept pour le jeu sans-atout.

Le déroulement du jeu

Le mouvement du jeu suit le sens des aiguilles d’une montre. Ainsi, c’est le joueur placé à gauche du donneur qui doit démarrer la manche. À ce stade, plusieurs possibilités s’offrent à lui :

– il annonce qu’il joue, auquel cas il se défait d’une carte, la carte d’entame ;
– il déclare qu’il passe et laisse le prochain joueur, situé à sa gauche, jouer à sa place ;
– il décide d’échanger son jeu contre les trois cartes que le donneur a renversées sur la table lors de la donne.

Si un participant choisit la troisième alternative, alors il est tenu de jouer. Cependant, si un joueur n’a pas réalisé un écart avec les trois cartes de la table, le joueur suivant peut échanger ses cartes avec, et ainsi de suite.

Au cas où tous les joueurs ont décidé de passer chacun leur tour, la manche en cours est annulée et les mises sont conservées et elles seront reportées au coup suivant.

Lorsqu’un joueur décide de jouer, il produit une carte sur la table, face visible. Il n’y a pas de contraintes particulières quant au choix de cette première, et le joueur qui a la main peut se défaire de la carte de son choix. Les autres doivent s’exécuter après en jouant une carte également. Les autres joueurs sont obligés de fournir, autant que possible, la couleur de cette première carte, mais ils ne sont pas tenus de la surmonter. Mais s’il désire ramasser le pli, il est contraint de surmonter la carte précédente. S’ils n’alignent pas une carte de la couleur demandée dans leur main, ils doivent couper avec une carte d’atout. Ce n’est que dans le cas où ils ne peuvent fournir la couleur d’entame et une carte d’atout qu’ils peuvent se défausser d’une carte de leur choix.

Tout joueur qui n’a réalisé une levée est pénalisé. Il doit verser dans la corbeille l’équivalent du nombre total de jetons présents dans la corbeille au moment où il a été pénalisé. Par exemple, le nombre de jetons étaient de huit à ce moment là, alors le joueur pénalisé doit s’acquitter de huit jetons dans la corbeille. La bête appartient à celui qui s’est fait toutes les levées, soit trois équivalents au nombre total de cartes dans une main.

Si un joueur a réussi deux levées, il gagne tout le contenu de la corbeille à laquelle on soustrait la mise de celui qui a emporté la troisième levée, mise qui lui revient de droit.

Si chacun des trois joueurs a effectué une levée, on donne au troisième joueur sa mise et les deux premiers joueurs qui ont gagné les deux premières levées se partagent le reste.

Lorsqu’un joueur est attrapé de renonce, c’est-à-dire qu’il s’est abstenu volontairement ou non de jouer une carte de couleur d’entame alors qu’il en avait la possibilité, ou qu’il n’a pas joué un atout alors qu’il devait le faire, il sera pénalisé. La peine encourue dépend d’une convention définie au préalable entre les joueurs.

Comptage des points

En fait, il n’y a pas de points à compter. On dénombre seulement les levées accomplies par chaque joueur. Et comme il n’y a que trois levées au total, le compte est vite fait.

Fin de la partie

La partie s’achève quand les trois cartes de la main ont été toutes jouées. Les joueurs se partagent ensuite le contenu de la corbeille. Le jeu peut s’arrêter quand les joueurs le décident. Les jetons peuvent seulement être adoptés pour des raisons pratiquent et éviter de manipuler ainsi de l’argent liquide. Et en fin de jeu, tous les jetons gagnés peuvent être échangés en leur équivalent en argent.

Enfin, le Motz se joue à partir de 10 ans.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire