Règle du jeu de Michigan

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Gameduell
jeux-de-cartes.com

Il s’agit pour le joueur de parvenir à quitter en premier la table et de rafler donc les mises qui résultent des différents paris lancés par les joueurs.

Présentation

Ce jeu de cartes aurait connu ses heures de gloire au XVIIe siècle au sein de l’aristocratie française de l’époque, au même titre que bien d’autres jeux de hasard. Néanmoins, certains joueurs trouvent le Michigan moins crédible avec des enjeux modérément attrayants. Il est encore connu sous les appellations de stops ou boodle (pot-de-vin). Et le pot-de-vin n’est, en fait, qu’un ensemble de quatre cartes composé d’un As et de trois figures. Les joueurs misent alors sur chacune de ces cartes, avec des jetons, et s’affrontent pour les gagner.

Certaines règles du jeu ne sont pas encore bien fixées comme le nombre de cartes à distribuer aux joueurs ou le changement des couleurs entre deux parties consécutives. Toutefois, le Michigan tire son intérêt dans les différentes mises que les joueurs se disputent à travers des paris.

Les règles sont simples et faciles à retenir bien que le comptage de points semble plus complexe. Pendant la partie, les joueurs exposent leurs cartes une à une et essaient de se débarrasser au plus vite de toutes les cartes qu’il a en main. Ce qui lui permettra de s’accaparer de l’enjeu de la partie.

D’autre part, le donneur est gratifié de quelques largesses de possibilités pour améliorer sa main. Aussi chacun s’empresse-t-il de le devenir. Et bien que le nombre de joueurs puisse atteindre les huit participants, avec deux jeux de cartes, la tâche de donneur ne décourage aucun joueur car le privilège qui s’en dégage en vaut le coup. Quant au jeu proprement dit, il repose grandement sur le hasard car la qualité et la force des cartes de la main vont contribuer énormément à lui apporter la victoire et à empocher les gains.

Le but du jeu

Il s’agit pour le joueur de parvenir à quitter en premier la table et de rafler donc les mises qui résultent des différents paris lancés par les joueurs. Pour cela, il se sert d’un ensemble de cartes gagnantes, le pot-de-vin, qui font l’objet des enchères et qui rapportent aussi des jetons quand un joueur dispose d’une carte qui leur correspond.

Les paris

Avant que ne se déroule la première donne, chaque joueur dépose un nombre défini de jetons sur quatre cartes disposées en deux rangées de deux, au milieu de la table. Son choix d’opter pour l’une de ces cartes est conditionné naturellement par la « richesse » de sa main qu’il estime suffisamment forte ou non pour tenter une belle mise.

Ces quatre cartes sont issues d’un second jeu et ont la face dévoilée. Ce ne sont nullement des cartes quelconques car elles s’appellent le « pot-de-vin » et rassemblent l’A?, le R?, la D?, et le V?. Elles constituent également les « cartes qui rapportent ».

Ainsi, le donneur mise à hauteur de deux jetons pour chacune des quatre cartes, tandis que le reste des joueurs mise un jeton sur chacune. Toutefois, certaines variantes admettent que le joueur ne limite pas sa mise et peut y mettre autant de jetons qu’il le souhaite sur la carte qu’il estime méritante.

La distribution

Le Michigan se joue avec deux jeux de cartes, sans les Jokers. On a besoin également de jetons. Il se pratique avec un nombre de joueurs pouvant varier de trois à huit.

Le premier donneur est choisi au hasard et chaque joueur prend ensuite le relais à tour de rôle, dans le sens des aiguilles d’une montre. Il n’existe pas de règles précises qui arrêtent le nombre de cartes à distribuer pour chaque joueur. On sait seulement que les cartes sont données une par une. Ainsi, il peut bien arriver que des joueurs détiennent plus de cartes que d’autres en début de partie. Toutefois, quelques variantes stipulent que la donne s’arrête quand l’un des joueurs reçoit un Valet. Et dans ce cas, tous les joueurs ne recevront pas effectivement le même nombre de cartes. Et la dernière carte ayant servi à une partie est prise pour former un jeu de rechange qui sera posé sur table avec toutes ses cartes composantes, face cachée.

D’autre part, le donneur peut prendre une carte de ce jeu de rechange et en remplacer une de sa main. Cependant, il ne doit pas consulter ce jeu de rechange avant de procéder à cet échange qu’il fera donc sans prendre connaissance au préalable de la carte qu’il va tirer. Seulement, s’il prend la décision de conserver son jeu, alors le donneur aura la possibilité de soumettre aux enchères le jeu de rechange. Mais dans ce dernier cas encore, nul n’est autorisé à voir le contenu de ce jeu de rechange. Le plus offrant pourra l’échanger contre son jeu actuel en s’acquittant d’un nombre défini de jetons dans la cagnotte. Toutefois, si c’est le donneur qui choisit d’échanger son jeu contre le jeu de rechange, alors il sera autorisé à le faire sans se délester d’aucun jeton. Et au cas où aucun joueur ne serait intéressé par l’échange, le jeu d’échange est alors conservé, toute face cachée, dans un coin de la table. Pendant tout le reste de la partie, il va rester là et personne ne s’en occupera plus.

On notera ici que le donneur bénéficie d’un léger privilège par rapport aux autres joueurs, aussi est-il équitable que chaque joueur ait servi à la donne suivant un nombre égal de fois.

Hiérarchie des cartes

Pendant le jeu de Michigan, les cartes se conforment au classement, par force croissante : Deux, Trois, Quatre, Cinq, Six, Sept, Huit, Neuf, Dix, Valet, Dame, Roi et As. Ainsi, l’As incarne la plus forte carte tandis que le Deux, la plus faible. D’autre part, toutes les couleurs sont équivalentes et aucune n’est plus forte que les autres.

Le déroulement du jeu

C’est le joueur placé à gauche du donneur qui débute la partie en posant la première carte, face visible. Les autres joueurs suivent en procédant de la même manière tout en prenant le soin d’annoncer leur carte et de bien la mettre devant. Ils en feront de même pour les prochaines cartes jouées et ce, jusqu’à ce que le jeu s’achève.

Par ailleurs, le choix de la couleur maître varie selon les versions adoptées. Si pour certaines variantes du Michigan, il n’y a pas de distinction hiérarchique particulière, pour d’autres, le joueur est tenu en tout premier lieu de fournir les trèfles ou les carreaux. Néanmoins, indifféremment des variantes, celui à qui incombe de jouer en premier, est tenu de jouer la carte de la plus faible hauteur de la couleur choisie. Ensuite, tous les joueurs qui en possèdent doivent jouer une carte d’une hauteur supérieure à celle précédemment posée. Et si le joueur dispose d’une suite croissante de la même couleur que celle demandée, alors il pourra les jouer toutes, les unes à la suite des autres.

Pour s’emparer d’une des cartes composant le pot-de-vin, un participant doit jouer une carte qui correspond à l’une d’elle. Le cas échéant, il emporte en même temps tous les jetons misés dessus.

Fin de la partie

La partie s’achève lorsque l’As est joué ou qu’aucun joueur ne dispose de la carte suivante d’une séquence. Ce cas peut apparaître si cette carte a été jouée dans les tours précédents ou si elle figure parmi les cartes du jeu de rechange. L’arrêt du jeu est alors décrété dans ces conditions-là. Le joueur qui a joué en dernier, est d’office désigné pour démarrer la prochaine partie. Le jeu se déroule de la même façon que la partie précédente, c’est-à-dire que la carte de plus faible hauteur de la couleur maître doit être jouée en premier. Les autres suivent ensuite par rang croissant.

Les variantes

Pour certaines versions du Michigan, la couleur varie entre deux parties consécutives, autrement dit, si le jeu actuel repose sur le Carreau, le tour suivant doit choisir entre le Pique, le Cœur et le Trèfle. Pour d’autres, l’alternance va jusqu’à opter pour le rouge suivi immédiatement du noir, en passant à la partie suivante. Mais s’il arrive que le participant dont c’est le tour de jouer, ne possède pas la couleur qui respecte cette séquence de couleur, alors il est court-circuité et le joueur à sa gauche, si celui-ci en est capable, démarre le tour suivant.

Fin de la partie

La partie peut s’arrêter de deux manières. Le premier cas est que la partie soit enfermée dans une impasse car aucun des joueurs ne peut fournir une autre couleur et les cartes ne serviront plus à grand-chose. La seconde façon c’est qu’un joueur a épuisé toutes ses cartes en main. Dans ce cas, les autres joueurs lui doivent chacun un jeton pour chacune des cartes leur restant en main. Cette pénalité devient deux jetons si parmi leurs cartes figurent des éléments appartenant au pot-de-vin (A?, R?, D?, le V?). Le gagnant remporte tous les jetons présents sur la table. Et si à l’issue d’une partie, il reste des jetons sur la table, ils s’ajouteront à ceux de la partie suivante.

Enfin, le Michigan se joue à partir de 7 ans.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire