Règle du jeu de Casino

Envie de jouer à des jeux de cartes? C'est possible et vous pouvez y jouer en ligne!

Exoty.com
jeux-de-cartes.com

Ce jeu de cartes fait certainement partie des jeux d’association les plus réputés. Il s’agit pour un joueur de réussir à prendre les cartes de ses adversaires en appariant l’une de ses cartes avec l’une de ces derniers.

Présentation

Ce jeu de cartes fait certainement partie des jeux d’association les plus réputés. Si l’on supposait que le Casino aurait une origine italienne, à cause peut-être de la consonance typique de son nom, il a été toutefois prouvé que les premières traces du Casino se retrouvent à la fin du XVIIIe siècle à Londres. Il a également laissé quelques empreintes en Allemagne. Le jeu s’est ensuite exporté vers d’autres pays comme les États-Unis où il a acquis une grande popularité. Certaines régions de la Scandinavie l’ont également adopté, de même que quelques Etats du sud africain tels que l’Afrique du sud, le Swaziland ou le Lesotho. Ces derniers ont même créé leurs propres variantes.

Son nom, Casino, peut prêter à confusion car il ne s’agit pas, à proprement parler, d’un jeu de casino, bien que ce soit un jeu qui pourrait bien y figurer. On le classe parmi les jeux d’association, c’est-à-dire une famille de jeux qui consiste à apparier les cartes les unes aux autres avec un critère bien défini d’association afin de pouvoir s’en accaparer. Cette catégorie de jeu ne se présente pas de la même façon en Orient et en Occident. Et le Casino tel qu’il est connu, se penche plutôt du côté oriental, car le joueur ne se sert pas d’un talon avec des cartes à face cachée, mais joue par contre avec les cartes qu’il a en main et dont il voit les faces.

Le Casino se déroule, en général, entre quatre joueurs qui évoluent chacun pour soi sans qu’il y ait un quelconque partenariat. Il y a des annonces qui se présentent comme un projet à réaliser soit dans le tour actuel ou au suivant. Toutefois, il n’existe pas d’enchères où les joueurs se défient pour augmenter les mises et multiplier les points.

D’autre part, les cartes n’obéissent pas à une hiérarchie quelconque dans la mesure où les cartes ne s’affrontent pas en valeur mais cherchent plutôt à s’apparier les unes aux autres. Néanmoins, les cartes telles que les As, les Dix et les Deux rapportent plus de points par rapport à d’autres.

Le Casino n’est pas un jeu de hasard pur comme, par exemple, la Bataille où le joueur ne voit même pas son jeu, mais un jeu qui requiert un minimum d’adresse et d’intuition notamment lors de la constitution des bases. D’autant plus que le décompte des points n’est pas évident et peut adopter un mécanisme plus ou moins complexe sans pour autant être inaccessible. Mais le hasard y joue également un rôle prépondérant puisque les joueurs ne choisissent pas leurs cartes mais en reçoivent à partir d’un jeu bien mélangé et distribué d’une manière systématique. Et comme un joueur ne détient que quatre cartes en main, un tour est très vite bouclé.

Le but du jeu

Il s’agit pour un joueur de réussir à prendre les cartes de ses adversaires en appariant l’une de ses cartes avec l’une de ces derniers. Cet appariement concerne des cartes de même hauteur, ou une carte et un ensemble de cartes dont la somme équivaut à la valeur de la première. Cependant, le comptage des points peut être différent selon les cas et la convention entre les joueurs.

La distribution

Le Casino se pratique avec un jeu de 52 cartes. Il se déroule entre deux à quatre joueurs. Mais la présence de quatre joueurs autour d’une table semble la configuration la plus courante et convient le plus au bon fonctionnement du jeu.

Le donneur distribue quatre cartes, par lot de deux. Ensuite, quatre autres cartes sont étalées au milieu de la table, face visible. Le restant des cartes, c’est-à-dire le talon, de cette première donne est conservé de côté pour une utilisation ultérieure.

En fait, une donne se déroule avec les quatre cartes et si elles sont épuisées et que les joueurs n’ont pas encore franchi la ligne d’arrivée (un nombre de points à atteindre), le donneur procède à une nouvelle donne à partir des cartes restantes de la précédente donne. Et l’épuisement de ce talon est l’un des facteurs qui pourrait déclencher la fin du jeu.

Le déroulement du jeu

C’est le joueur placé à la gauche du donneur qui démarre la partie. Et les autres joueurs s’exécutent ensuite à tour de rôle en posant chacun une carte sur la table. Mais en même temps, il peut ramasser également d’autres cartes déposées sur la table ou élaborer une combinaison qui lui permettra éventuellement de s’emparer de cartes lors du tour suivant. Ainsi, quand le tour d’un joueur arrive, il a le choix entre trois possibilités de mener son jeu :

– Ramasser : lorsqu’un Roi, une Dame ou un Valet est présent sur la table et si le joueur possède une carte qui peut s’apparier à l’un deux, il peut ramasser celui-ci. Ainsi, s’il y a un Valet sur la table et qu’il a un Valet en main, il joue son Valet et ramasse celui qui est sur la table. Cependant, si deux Valets s’alignent sur la table, le joueur ne pourra en prendre qu’un seul. Quant à la carte qui porte un numéro (Dix à Deux), non seulement elle peut s’emparer d’une carte qui lui arrive à la même hauteur, mais toutes les cartes dont la somme équivaut à sa valeur. Et si le joueur réussit à rafler, à lui tout seul, toutes les cartes découvertes sur la table, on dira qu’il a effectué un « balayage ». Cette action lui fait gagner un point.
– Se constituer une base : les bases en Schwimmen se déclinent en deux types dont les bases simples et les bases multiples. Si, par exemple, une carte Quatre est présente sur la table et que le joueur l’apparie avec un Quatre provenant de sa main, il déclare « base de Quatre », et on est alors en présence d’une base simple. Il s’agit d’une base multiple quand, au lieu de réaliser l’appariement d’une carte, le joueur en fait plusieurs. Par exemple, si le joueur possède deux Sept dans sa main et que sur la table trônent également deux Sept, il ajoute un de ses Sept sur l’un des Sept sur la table, rassemble les trois Sept et déclare « base de Sept ». Ce n’est qu’au prochain tour qu’il ramassera sa combinaison de trois Sept et le quatrième Sept. Néanmoins, ce décalage d’un tour pour que le joueur puisse récupérer son acquis n’est pas sans risque pour le gagnant. En effet, il est fort possible qu’un joueur puisse s’en accaparer avant que ne vienne son tour pour récupérer son dû.
– Fournir : c’est jouer une carte avec laquelle il ne peut ni ramasser une carte ni se constituer une base. C’est ce qui arrive quand aucune des cartes du joueur ne peut s’apparier à aucune des cartes découvertes sur la table.

En principe donc, le joueur est tenu d’annoncer la carte qu’il envisage de jouer, en précisant même sa valeur, notamment quand il souhaite constituer une base.Se constituer une base est un moyen de s’accaparer en même temps de plus d’une carte de la même hauteur. Car il faut rappeler qu’une carte ne peut « prendre » qu’une seule qui lui correspond, même s’il y en a deux sur la table. Et la stratégie s’avère payante surtout si les cartes de la base portent des valeurs intéressantes. Mais elle comporte aussi des risques.

Quand les quatre cartes d’une main du joueur ont toutes été jouées alors le donneur procède à une nouvelle distribution de la même façon que la première. Et ainsi de suite jusqu’à épuisement du talon.

Comptage de points

Les points ne sont contenus que dans les cartes que le joueur a ramassées en cours de partie. Dans un jeu de Casino, les cartes les plus fortes sont les Piques, les As, le 10? (le grand casino) et le 2? (le petit casino).

Quand le jeu s’achève, le joueur ayant ramassé le plus de cartes en Pique bénéficie d’un point supplémentaire. Les quatre As s’évaluent chacun à un point, tandis que le grand casino vaut deux points et le petit casino, un point. De plus, le joueur qui est parvenu à rassembler plus de la moitié du jeu gagne également trois points.

Pour faciliter le comptage de points, il est préférable de considérer chaque donne comme une partie à part entière. Dans le cas contraire, le premier joueur qui marque 11 points devient le vainqueur d’une partie simple. Le total est doublé s’il s’est emparé de deux donnes et quadruplé s’il réussit ses 11 points pendant une seule donne.

D’autre part, il existe encore une autre manière pour compter les points, c’est la méthode dite de « vingt et un et plus ». Elle consiste à s’accorder à admettre que le premier joueur qui marque 21 points remporte la partie et ce, sans tenir compte du nombre de donnes gagnées.

Fin de la partie

Selon le système de comptage de points adopté, le jeu s’arrête quand l’un des joueurs a atteint le total requis ou quand aucune carte ne reste plus dans les mains et que le talon est épuisé.

Enfin, le Casino se joue à partir de 10 ans.

Partagez cette règle

Laisser un commentaire